Conférence

28.11

2018

Guerre civile au Tadjikistan : un exemple d’activité de la politique de paix suisse

La politique de paix de la Suisse s’appuie entre autres sur la promotion des moyens pacifiques de résolution des conflits politiques à dimension religieuse. La Suisse cherche principalement à inciter les acteurs locaux à dialoguer en vue de dégager des solutions pratiques de coexistence. Cette façon de faire, éprouvée de longue date, trouve ses racines dans notre système de démocratie directe, dans le fédéralisme et dans les principes de subsidiarité et de concordance. Ainsi, on cherchera d’une part à traiter d’abord les conflits d’ordre religieux au niveau local ; d’autre part, on se concentrera sur les aspects du quotidien qui impactent le bon vivre-ensemble et non sur les questions doctrinaires et dogmatiques. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), par le biais par exemple de son secteur « Religion, politique, conflits », déploie ses activités de promotion de la paix actuellement dans quatre régions principales : le Sahel, l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient et l’Asie du Sud-Est. Jean-Nicolas Bitter, conseiller principal au sein de ce secteur d’activité, traitera du cas du Tadjikistan. Monsieur Bitter, théologien de formation, a été délégué du Comité international de la Croix rouge au Liban, au Pakistan et en Afghanistan. A partir de 2001, il a été nommé responsable de programme pour l’Asie centrale et pour la République démocratique du Congo à la section Politique de paix du DFAE et s’est engagé notamment dans des projets de dialogue en vue de la résolution de conflits dans lesquels religion et politique interagissent (Tadjikistan, Moyen-Orient, Sri Lanka, Afrique du Nord, Sahel).

+

La politique de paix de la Suisse s’appuie entre autres sur la promotion des moyens pacifiques de résolution des conflits politiques à dimension religieuse. La Suisse cherche principalement à inciter les acteurs locaux à dialoguer en vue de dégager des solutions pratiques de coexistence. Cette façon de faire, éprouvée de longue date, trouve ses racines dans notre système de démocratie directe, dans le fédéralisme et dans les principes de subsidiarité et de concordance. Ainsi, on cherchera d’une part à traiter d’abord les conflits d’ordre religieux au niveau local ; d’autre part, on se concentrera sur les aspects du quotidien qui impactent le bon vivre-ensemble et non sur les questions doctrinaires et dogmatiques. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), par le biais par exemple de son secteur « Religion, politique, conflits », déploie ses activités de promotion de la paix actuellement dans quatre régions principales : le Sahel, l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient et l’Asie du Sud-Est. Jean-Nicolas Bitter, conseiller principal au sein de ce secteur d’activité, traitera du cas du Tadjikistan. Monsieur Bitter, théologien de formation, a été délégué du Comité international de la Croix rouge au Liban, au Pakistan et en Afghanistan. A partir de 2001, il a été nommé responsable de programme pour l’Asie centrale et pour la République démocratique du Congo à la section Politique de paix du DFAE et s’est engagé notamment dans des projets de dialogue en vue de la résolution de conflits dans lesquels religion et politique interagissent (Tadjikistan, Moyen-Orient, Sri Lanka, Afrique du Nord, Sahel).

Inscription : 032 486 06 06

Prix : entrée libre - collecte

mercredi 28 novembre 2018 à 20:00

Organisation : Commune de Tramelan, Société jurassienne d'émulation, CIP

Lieu : CIP

Adresse : Chemin des Lovières 13 - 2720 Tramelan


-