Musique

22.03

2020

Ensemble instrumental de Neuchâtel

50 musiciens et plusieurs solistes Invité : le trio TAF, Antonin Jaccard, François Flammer, Tom Eichenberger A l’invitation du groupe d’animation Agora, l’Ensemble Instrumental Neuchâtelois se produira à l’église réformée de Tramelan le dimanche 22 mars. L’orchestre de 50 musiciens sera accompagné du trio TAF, des jeunes percussionnistes. Au programme, Franz Liszt est à l’honneur. L’Ensemble Instrumental Neuchâtelois (EIN) a été fondé en 1979 par Charles-André Huguenin, qui lui a insufflé son âme et son enthousiasme. Au fil des ans, l’orchestre a agrandi ses rangs et compte aujourd'hui plus de cinquante musiciens. De 1992 à 2017, l’EIN a été dirigé par Pierre-Henri Ducommun. Sa musicalité et son sens de la relation humaine ont permis à l'orchestre de progresser dans la découverte d'œuvres classiques de toutes périodes. Depuis 2017, l’orchestre est dirigé par Sylvain Jaccard, directeur du Conservatoire de musique neuchâtelois. Personne dynamique et enthousiaste, il emmène son orchestre dans des programmes ambitieux, tel le 2e concerto de piano de Saint Saëns avec la pianiste internationale HJ Lim en 2018, ou l’opéra « L’Elixir d’amour » de Donizetti en 2019 avec l’Avant-Scène Opéra. Au programme Pour débuter le concert, l’orchestre interprétera La Moldau du compositeur tchèque Bedrich Smetana (1824-1884). Après la Rhapsodie hongroise no1 de Franz Liszt (1811-1886) suivra sa Danse macabre (Totentanz), pièce maîtresse du programme. Composée pour piano et orchestre, elle sera jouée ici par un trio de jeunes percussionnistes, le trio TAF. Steve Muriset en a fait la transcription pour percussions. La deuxième partie comprendra les Rhapsodies hongroises no 3, 5 et 2 de Franz Liszt. Ecrites pour piano dans un ensemble de 19 pièces folkloriques, elles furent arrangées pour orchestre par Franz Doppler. La 2ème est certainement la plus célèbre. Le trio TAF en évidence Formé des 3 jeunes musiciens Tom Eichenberger (19 ans), Antonin Jaccard (17 ans) et François Flammer (19 ans) tous issus du conservatoire neuchâtelois, T.A.F. est l'archétype du groupe dont la cohésion est avant tout assurée par la passion, l'amitié et bien entendu le talent. Après plus de 5 ans de collaboration, il n'est pas usurpé de dire que ces trois artistes sont passés maîtres dans l'art de frapper les esprits à l'aide des multiples instruments qu'ils manient et exploitent parfaitement (vibraphone, marimba, xylophone, caisse claire, timbales, …). Allant du classique au jazz, leur répertoire sans fin et leurs talents conjugués offrent à ces virtuoses un champ d'action quasi infini. A noter que ce trio a remporté le premier prix du Concours suisse de musique 2019 pour la jeunesse à Lugano.

+

50 musiciens et plusieurs solistes Invité : le trio TAF, Antonin Jaccard, François Flammer, Tom Eichenberger A l’invitation du groupe d’animation Agora, l’Ensemble Instrumental Neuchâtelois se produira à l’église réformée de Tramelan le dimanche 22 mars. L’orchestre de 50 musiciens sera accompagné du trio TAF, des jeunes percussionnistes. Au programme, Franz Liszt est à l’honneur. L’Ensemble Instrumental Neuchâtelois (EIN) a été fondé en 1979 par Charles-André Huguenin, qui lui a insufflé son âme et son enthousiasme. Au fil des ans, l’orchestre a agrandi ses rangs et compte aujourd'hui plus de cinquante musiciens. De 1992 à 2017, l’EIN a été dirigé par Pierre-Henri Ducommun. Sa musicalité et son sens de la relation humaine ont permis à l'orchestre de progresser dans la découverte d'œuvres classiques de toutes périodes. Depuis 2017, l’orchestre est dirigé par Sylvain Jaccard, directeur du Conservatoire de musique neuchâtelois. Personne dynamique et enthousiaste, il emmène son orchestre dans des programmes ambitieux, tel le 2e concerto de piano de Saint Saëns avec la pianiste internationale HJ Lim en 2018, ou l’opéra « L’Elixir d’amour » de Donizetti en 2019 avec l’Avant-Scène Opéra. Au programme Pour débuter le concert, l’orchestre interprétera La Moldau du compositeur tchèque Bedrich Smetana (1824-1884). Après la Rhapsodie hongroise no1 de Franz Liszt (1811-1886) suivra sa Danse macabre (Totentanz), pièce maîtresse du programme. Composée pour piano et orchestre, elle sera jouée ici par un trio de jeunes percussionnistes, le trio TAF. Steve Muriset en a fait la transcription pour percussions. La deuxième partie comprendra les Rhapsodies hongroises no 3, 5 et 2 de Franz Liszt. Ecrites pour piano dans un ensemble de 19 pièces folkloriques, elles furent arrangées pour orchestre par Franz Doppler. La 2ème est certainement la plus célèbre. Le trio TAF en évidence Formé des 3 jeunes musiciens Tom Eichenberger (19 ans), Antonin Jaccard (17 ans) et François Flammer (19 ans) tous issus du conservatoire neuchâtelois, T.A.F. est l'archétype du groupe dont la cohésion est avant tout assurée par la passion, l'amitié et bien entendu le talent. Après plus de 5 ans de collaboration, il n'est pas usurpé de dire que ces trois artistes sont passés maîtres dans l'art de frapper les esprits à l'aide des multiples instruments qu'ils manient et exploitent parfaitement (vibraphone, marimba, xylophone, caisse claire, timbales, …). Allant du classique au jazz, leur répertoire sans fin et leurs talents conjugués offrent à ces virtuoses un champ d'action quasi infini. A noter que ce trio a remporté le premier prix du Concours suisse de musique 2019 pour la jeunesse à Lugano.

Inscription : 078 664 97 48

Prix : entrée libre - collecte

dimanche 22 mars 2020 à 17:00

Organisation : Groupe d'animation Agora

Lieu : Eglise réformée

Adresse : Grand-Rue 146 - 2720 Tramelan


-